Baudrillard: un monde indifférent

« L’indifférence, c’est d’abord celle d’un monde sans qualité, du monde de plus en plus indifférencié qui nous entoure, celui où se vit et se raconte n’importe quoi ; et raconter n’importe quoi à quelqu’un, c’est le transformer en n’importe qui. Cette indifférence-là, c’est celle du désert au sens négatif. Celle dont je parle, l’indifférence profonde du désir, c’est le désert de l’âme, à qui l’absence de qualité donne une qualité rare. Rendre quelqu’un indifférent à lui-même, lui faire perdre sa propre différence, le déposséder de son rôle d’acteur, le déstabiliser dans sa position de sujet responsable… C’est une stratégie. »

Jean Baudrillard, Paysage sublunaire et atonal, in Le pardon, Ed. Autrement, série morales, numéro 4. 1991, p. 34.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *