Marcel: la pensée

« Tout se passe comme si la pensée était un organe d’absorption. Se trouvant devant la réalité, elle la digère en quelque sorte, elle la réduit, la dissout, la transforme en matière pensable, et recommence sans cesse. »

Gabriel Marcel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *