Sainteté et ambiguïté (de Racamier) ?

« Nietzsche veut dilater l’homme jusqu’à Dieu – et ce défi à l’impossible l’écartèle et fait de lui deux tronçons qui se cherchent désespérément dans la nuit et ne peuvent plus se rejoindre. Car Dieu seul peut faire coïncider dans notre âme ces vertus extrêmes qui, au niveau de l’homme, s’excluent l’une l’autre. Une telle coïncidence constitue, d’après Saint-Thomas, le grand critère du surnaturel. C’est ainsi que les saints peuvent posséder simultanément la douceur et la force, l’amour de l’apôtre et le courage du guerrier, le don de contemplation et le don d’action, l’esprit de solitude et l’esprit de communion. »

Gustave Thibon, Nietzsche est ou le déclin de l’esprit, Ed. Fayard, page 98.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *