Les articles de Jeanne Defontaine

“Pourquoi la thérapie familiale ?”

Les motifs de la thérapie familiale sont nombreux, même si initialement  elle est née de préoccupations autour de la psychose, elle ne se limite guère à ce domaine de la psychopathologie. Elle s’applique plus largement aux familles qui ont de lourds problèmes de communication, des conflits insolubles, des souffrances psychiques diverses liés à des deuils ou a des événements sociaux qui menacent la famille de démantèlement.

Lire la suite au format PDF

 

“Quelques aspects du transfert dans la perversion narcissique”

Ce texte expose un cas clinique, point de départ d’une réflexion sur certains aspects du transfert rencontrés dans la cure avec les pervers narcissiques. J’ai tenté, en m’appuyant sur mon expérience et sur certaines lectures, de mettre en évidence les moments transférentiels importants marqués par l’agir, l’incestualité, la paradoxalité et l’envie : autant de difficultés auxquelles l’analyse se trouve confrontée avec les pervers narcissiques. On verra comment la dimension paradoxale, élément essentiel du transfert pervers, peut conduire à des situations proches de la réaction thérapeutique négative ou à une impasse, telle que : “ Continuer l’analyse est insupportable, l’interrompre serait mortel. ”

Lire l’article sur cairn.info

 

BIBLIOGRAPHIE :

Ouvrage 

DEFONTAINE Jeanne (2007), L’empreinte familiale – Transfert, Transmission, Transagir, ParisL’Harmattan, coll. Etudes psychanalytiques.

Articles

DEFONTAINE Jeanne (1989), « Esthétique du sens dans l’analyse », Revue française de psychanalyse, vol. 53, 6, pp. 1971-1976.

DEFONTAINE Jeanne (1991), « Le cadre à fleur de peau », Revue française de psychanalyse, vol. 55, 4, pp. 997-1003.

DEFONTAINE Jeanne (1991), « Incidences des altérations du cadre sur les fantasmes originaires », Revue française de psychanalyse, vol. 55, 5, pp. 1265-1271.

DEFONTAINE Jeanne (1991), « Identité en souffrance », Revue française de psychanalyse, vol. 55, 6, pp. 1771-1777.

DEFONTAINE Jeanne (1992), « Une forme particulière d’emprise : l’effet brouillard », Bulletin SPP, 24, pp. 25-31.

DEFONTAINE Jeanne (1993), « Expérience culturelle et perte du sens », Revue française de psychanalyse, vol. 57, 4, pp. 1189-1198.

DEFONTAINE Jeanne (1993) « Arrière-plan prégénital de l’envie du pénis », Bulletin SPP, 28, pp. 29-35.

DEFONTAINE Jeanne (1995), « Les turbulences de la passion ou la relation d’objet paradoxale, Bulletin SPP, 38, pp. 123-13.

DEFONTAINE Jeanne (1994), « Impasses contre-transférentielles dans le traitement des patients narcissiques », Bulletin SPP, 32, pp. 19-32.

DEFONTAINE Jeanne (1995), « Echec de la maîtrise anale : claustrum ou crypte ? », Revue française de psychanalyse, vol. 59, 3, pp. 785-801.

DEFONTAINE Jeanne (1995), « Les turbulences de la passion ou la relation d’objet paradoxale, Bulletin SPP, 38, pp. 123-138.

DEFONTAINE Jeanne (1998) « Epilepsie essentielle et violence familiale », Bulletin SPP, 49, pp. 49-57.

DEFONTAINE Jeanne (1999), « L’agir : voie subvertie du fantasme de séduction », Bulletin SPP, 53, pp. 43-51.

DEFONTAINE Jeanne (1999), « Angoisses de séparation et sexualité », Groupal, 5, pp. 46-66.

DEFONTAINE Jeanne (2000), « Corps anorectique, corps familial », Groupal, 7, pp. 100-119.

DEFONTAINE Jeanne (2001), « Le porte-parole du transfert groupal », Groupal 8, pp. 102-130.

DEFONTAINE Jeanne (2002), « Schreber, abus de pouvoir et meurtre d’âme, une figure d’antoedipe », Groupal, 10, pp. 81-108. 

DEFONTAINE Jeanne (2002), « L’incestuel dans les familles » », Revue française de psychanalyse, vol. 66, 1, pp. 179-196.

DEFONTAINE Jeanne (2003), « Quelques aspects du transfert dans la perversion narcissique », Revue française de psychanalyse, vol. 67, 3, pp. 839-855.

DEFONTAINE Jeanne (2003), « La perversion narcissique », Groupal, 12, pp. 46-70.

DEFONTAINE Jeanne (2003), « Un type particulier de transfert : la ligature », Groupal, 13, pp. 11-36. 

DEFONTAINE Jeanne (2003), « L’intertransfert dans le couple thérapeutique », Groupal, 14, pp. 163-181.

DEFONTAINE Jeanne (2004), « Couple en mal de parentalité », Groupal, 15, pp. 81-100.

DEFONTAINE Jeanne (2004), « La groupalité dans l’œuvre de Freud », Groupal, 16, pp. 17-34.

DEFONTAINE Jeanne (2005), « L’intersubjectivité dans le travail de sublimation », Bulletin SPP, 76, pp. 135-142.

DEFONTAINE Jeanne (2005), « Quand la transitionnalité est en crise », Groupal, 17 pp. 73-91.

DEFONTAINE Jeanne (2010) « Pourquoi la thérapie familiale psychanalytique ? », paru sur le site du Collège de Psychanalyse Groupale et Familiale.

DEFONTAINE Jeanne (2010) « Lorsque le corps familial vient à se fragmenter », Le divan familial, pp. 133-135.

DEFONTAINE Jeanne (2011) « Animalité incestualité. Réflexions à propos de l’effet Tamagushi », Revue française de psychanalyse, vol. 75, 1, pp. 133-148.

DEFONTAINE Jeanne (2012), « La tyrannie dans le couple », Journal des psychologues, numéro hors-série, pp. 67-74.

DEFONTAINE Jeanne (2014), « La croyance peut-elle être une aliénation de la pensée » ? Le divan familial, 32,  pp. 39-54.

DEFONTAINE Jeanne (2014), « Convaincre, se convaincre », Esquisse, 7, pp. 81-89.

DEFONTAINE Jeanne (2016) « Visage de Narcisse, “Séduction et perversion” : le narcissisme face à l’énigme de la séduction », Psychiatrie française, vol. 46, 2, pp. 31-48.

DEFONTAINE Jeanne (2016) « Séduction narcissique », Congrès   du Collège de psychanalyse familiale et groupale, octobre 2014, Revue de Psychiatrie Française, vol. 46, 2.

DEFONTAINE Jeanne (2016), « Antoedipe et incestualité », Congrès, texte paru sur le site du Collège de Psychanalyse Groupale et Familiale.

DEFONTAINE Bernard et DEFONTAINE Jeanne (1973), « La figure dans l’art, le discours et la représentation politique », Annales, économies, sociétés et civilisation, Paris.

DEFONTAINE Bernard et DEFONTAINE Jeanne (1994), « L’incestuel et le gémellaire dans une thérapie de couple », Gruppo, 10, pp. 58-80.

DEFONTAINE Bernard et DEFONTAINE Jeanne (2000), « Bébés clés en mains, procréation assistée et perversité », Groupal, 6, pp. 42-61.

DEFONTAINE Bernard et DEFONTAINE Jeanne (2002), « Effet traumatique de la diaspora, filiation paradoxale avortement perpétuel et création continuée », Groupal, 11, pp. 79-95.

DEFONTAINE Bernard et DEFONTAINE Jeanne (2003), Envie et défense contre l’envie dans un couple », Groupal, 14, pp. 126-141.