Greene: sculpter la souffrance

« Que nous faisons-nous l’un à l’autre ? Car je sais que je lui fais exactement ce qu’il me fait. Nous sommes parfois merveilleusement heureux, et nous n’avons jamais été plus malheureux de notre vie. C’est comme si nous travaillions ensemble à la même statue, en taillant chacun dans la souffrance de l’autre. »

Graham Greene, La fin d’une liaison, Ed. Laffont, 1951, p. 140.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *